Comment choisir son matériel photo ?

Mis à jour : il y a un jour

La première grande question à se poser c’est bien sûr : « Que souhaitez-vous faire avec cet appareil ? »


Découvrez ce tuto en vidéo :


La réponse ne sera évidemment pas : « Prendre des photos »... mais plus dirigée vers le type de photo, à savoir portrait, nature, sport, voyage, etc. Et évidemment peut se poser la question de ce que vous souhaitez faire de la photo après l’avoir prise, et l’appareil peut différer si vous souhaiter imprimer ou juste l’avoir sur un disque en souvenir.

Pour diriger ce choix, faisons comme si nous étions dans un rayon de la FNAC ou de n’importe quel magasin un peu spécialisé.

Celui-ci vous proposera certainement 4 possibilités qui sont les grandes familles d’appareil:


  • Appareil Photo compact

  • Appareil Photo Bridge

  • Appareil Photo Reflex

  • Appareil Photo Hybride

Sans aucun à priori, sachez que chacun peut répondre à un besoin. Détaillons donc ces quatre catégories.

L’APPAREIL PHOTO COMPACT


Un appareil photo compact, qu’il soit d’entrée de gamme ou expert se distingue par le fait qu’il est… compacte. C’est un peu facile, mais ce sera sa principale qualité.



Il est en général léger et parfait pour du voyage, sur des photos posées de paysages, et éventuellement de souvenir personnifié sans aller jusqu’à le qualifier pour du portrait.

En général, il embarque un certain nombre de réglages d’usine, assez peu paramétrables, et créés pour « coller » au rendu acceptable pour le plus grand nombre. La photo prise est faite pour être utilisée ou partagée telle quelle et de plus en plus, sous couvert d’un réseau wifi, on peut publier directement sur les réseaux sociaux depuis le boitier pour un gain de temps considérable.


Certaines marques utilisent sa petite taille pour des utilisations spécifiques intéressantes, par exemple un appareil étanche supportant des plongées à faible profondeur. Attention à bien vérifier qu’il supporte l’immersion et pas simplement des gouttes d’eau.


Dans la majeur partie des cas pour le négatif, l’appareil encaisse assez mal. On entend par là qu’il est mauvais dans les basses lumières, et qu’il « écrête » dans les haute lumières, avec donc des aplats de blanc.

Bien sûr, l’objectif dessus n’est pas interchangeable, donc on en subit toutes les limitations, que ce soit la focale, l’ouverture ou la vitesse et précision de mise au point.

La visée (le viseur donc) est souvent électronique, que ce soit sur l’écran bien sûr, mais aussi dans le viseur quand il en dispose. Donc ce que vous voyez est une prédiction de ce qui sera capté et non pas l’image réelle, c’est assez gênant pour laisser s’exprimer sa créativité.

Le zoom annoncé de l’appareil est souvent trompeur. Il est exprimé avec deux valeurs, à savoir le zoom optique et le zoom numérique. Le zoom optique est celui qui sera obtenu avec le mouvement mécanique des lentilles devant le capteur, il n’influera donc que très peu sur la qualité réelle de la photo et vous permettra de vous rapprocher ou de vous éloigner de votre sujet. En revanche le zoom numérique est plus traitre ! Il s’agit en fait de zoomer réellement sur la photo et agit plus comme un rognage que comme un zoom. Le problème c’est que si votre photo est définie sur 2000x1000 pixels (2 millions), alors si vous zoomez 2 fois en zoom numérique, vous obtiendrez une définition de 1000x500 pixels (500000). Zoomer deux fois diminue donc par quatre la définition de l’image.

La vitesse d’obturation faible l’éjecte aussi d’une utilisation pour du sport et enfin il dispose d’un petit capteur. Car oui, même si un fabricant annonce 108 millions de pixel sur l’appareil photo d’un téléphone, il faut considérer qu’un pixel sur le capteur est un élément qui va capter la lumière pour imprimer sa couleur. Aussi, plus la surface photosensible du capteur est petite, moins la lumière va l’atteindre, moins la photo sera belle. Qui dit petit capteur dit aussi incapacité à générer et jouer de la profondeur de champ, indispensable pour du portrait avec la création de différents niveaux de mise au point pour diriger le regard.

C’est donc un appareil plutôt basique, assez peu cher, et qui permet de débuter la prise de vue amateur sans prendre trop de risque.

Cet appareil est donc fait pour :

  • Partir en voyage

  • Photographier des paysages

  • Prendre et partager des photos rapidement

  • La photo sous-marine

Cet appareil est à proscrire pour :

  • Les portraits

  • Le sport

  • La photo animalière

  • La photo architecturale

  • Macrophotographie

  • Le studio

L’APPAREIL PHOTO BRIDGE

À mi-chemin entre le compact et le reflex, le bridge est en général un bon compromis pour débuter la photo et avoir du rendu de qualité.



Il est en général nettement plus volumineux qu’un compact et des fois même plus qu’un reflex ! Si cela peut paraitre gênant, son ergonomie le rend plus maniable que son cousin le compact et bien sûr qui dit maniabilité dit aussi stabilité.

Vous le verrez au premier coup d’oeil, la lentille de l’objectif est plus large, pour deux raisons, c’est que le zoom optique est en général plus important que sur le compact, mais aussi parce que son capteur est plus grand. Tout cela peut le qualifier pour un peu plus de projets photos, et cela peut aussi dépendre de sa spécialité.

Souvent, leur vitesse est meilleure que sur les compacts, une fois passée bien sûr l’entrée de gamme qui peut proposer des appareils comparables en performance à du compact, mais avec un « look » bridge. Le viseur est présent dans 90% des cas, même si il reste toujours électronique, ça permet tout de même d’assurer une photo quand la luminosité ne permet pas de voir convenablement avec l’écran.

À noter un peu en aparté qu’un écran inclinable, extrêmement pratique et tendance sur les bridges notamment, rend aussi l’appareil très fragile ! Attention aux chutes avec écran déployé !

L’objectif d’un bridge est souvent de meilleure qualité et permettra sous couvert d’avoir choisi un modèle avec une taille de capteur plus importante, d’avoir un appareil qui encaissera mieux les contrastes.

Là encore, vous pouvez retrouver des aides à la prise de vue définies par des profils, et des utilitaires de transfert immédiat de photo. En revanche, si vous voulez faire de la retouche, vous pourrez commencer à travailler en RAW, qui est un codec intégrant une plage de réglages à posteriori de la photo, permettant de l’ajuster pour la rendre plus jolie qu’en sortie de boitier, sans en dégrader la qualité.

Cet appareil est donc fait pour :

  • Partir en voyage

  • Photographier des paysages

  • Prendre des photos rapidement

  • La photo animalière (pour des animaux assez gros)

  • Les portraits (plutôt basiques et sans recherche artistique)


Cet appareil est à proscrire pour :

  • Les portraits artistiques

  • Le sport

  • La photo animalière de petits sujets

  • La photo architecturale

  • La Macrophotographie

  • Le studio

L’APPAREIL PHOTO REFLEX


Spoiler alerte, tout ce que l’on va dire ici c’est qu’il peut être utilisé pour tout mais que beaucoup dépendra du budget.


En gros un réflex, c’est un boitier qui dispose de caractéristiques qui peuvent être très diverses en fonction du prix que vous mettrez. Le capteur déjà s’exprimera soit en pouce, soit en abréviation dans la dénomination standard.

Vous pourrez donc retrouver de l’APS-C, du plein format, du micro 4/3, du 4/3, … Vous pourrez en savoir plus en faisant quelques recherches mais voici un schéma qui devrait vous aider :


Le grand capteur, même sur le plus petit des grand capteurs, vous donnera la possibilité de jouer avec la profondeur de champs ! A vous les flous artistiques et le choix de la direction de l’image. Si vous souhaitez « réaliser » de la photo et ne pas « prendre » une photo, le capteur fera toute la différence.

Bien sûr, la taille de capteur influera sur la lumière entrante et donc vous permettra d’avoir une meilleur dynamique et un rendu plus intéressant dans les basses lumières. La capacité de montée en ISO, sensibilité du capteur à la lumière, sera en général plus généreuse et surtout apportera moins de grain (bruit numérique) à l’image.


La vitesse d’obturation sera plus grande que sur ses prédécesseurs et bien sûr, plus on mettra de moyen, plus elle évoluera vers le haut. Les hauts de gamme montent jusque 1/4000ème de seconde voire plus, ce qui bien sûr en fait un allié incontournable pour le sport !


Après, vous aurez aussi plus de capacité de réglages, donc vraiment la possibilité de faire « votre » photo sans être bridé par l’électronique.

Le viseur optique vous permettra d’avoir quelques informations mais de garder un oeil sur votre sujet principal et bien réel pour laisser plus de place là encore à la créativité.

Tout cela est bien beau… Mais la qualité d’une photo dépendra aussi en grande partie de la qualité de l’objectif que vous y ajouterez. Car là est la grande difficulté du réflex, une fois acquitté du prix du boitier, vous devrez investir dans le, ou bien souvent les objectifs. Focale, ouverture, matériaux… Un article leur sera dédié mais sachez que le meilleur boitier du monde ne pourra faire de belles photos qu’avec un objectif de qualité…

Au moment du choix de la marque, qui peut dépendre d’énormément de critères partiales, regardez donc la monture d’objectif proposée. En fonction de celle-ci, vous pourrez avoir une idée des prix des optiques qui peuvent varier énormément donc si vous hésitez entre deux marques… ça peut faire la différence.

En résumé cet appareil est fait pour :

  • Tout sous réserve d’avoir un objectif qualifié avec et bien sûr plus le boitier sera de qualité (donc de prix) élevé, plus il vous permettra d’aller loin.


Cet appareil est à proscrire pour :

  • Les prises de photo et partage rapides. Souvent, il vaut mieux retoucher les photos pour tirer le meilleur de ces boitiers, avec une grande plage de modification dans le RAW.

  • Il nécessitera aussi de l’entrainement car en automatique, vous retrouverez des limitations communes au bridge avec toutefois l’avantage de la taille du capteur.

L’APPAREIL PHOTO HYBRIDE

Si le nom de cet appareil semble tendance, cela ne veut pas dire pour autant qu’il roule à l’essence et à l’électrique ! Dernier né de ces quatre catégories, il allie la robustesse et la taille d’un grand compact à la capacité d’un reflex.



Alors tout n’est pas pour autant parfait dans cette gamme, mais il est déjà à ranger dans la catégorie des appareils petits, et plus léger.

Malheureusement, comme on ne peut pas tout avoir, il est souvent moins agréable en main et moins ergonomique que les bridges et reflex. Son encombrement et son équilibre seront aussi fortement dépendant de l’objectif qui y sera fixé.

Car oui, ce que l’on nomme hybride s’appelle aussi : compact à objectif interchangeable. Donc l’objectif sera, comme pour le reflex, prépondérant dans la qualité finale de vos photos.

À la différence de son petit frère compact, l’hybride est très souvent associé à un grand capteur, pour là encore bénéficier de la meilleure dynamique et de la plus belle profondeur de champ possible.

Sa vitesse de prise de vue est très comparable au réflex et donc le qualifie pour tout type de prise de vue (sport par exemple).

Son viseur est par contre électronique, donc on perd un peu en spontanéité et en créativité à mon sens.

Un hybride est aussi affublé d’un autre nom (oui… Encore…) puisque on le désigne comme « Mirrorless ». Cela veut dire que le capteur est toujours exposé à la lumière et qu’il n’y a pas de mouvement de miroir pour découvrir le capteur. Cela le rend plus durable car un reflex a une durée de vie déterminée en nombre de déclenchements (en général autour de 150 000). Ça joue aussi sur le ressenti à la prise de vue qui ne sera pas du tout la même avec la sensation du mouvement du miroir ou bout des doigts.


Vous l’aurez compris, ces nouveaux appareils se rangeront dans la même catégorie que les reflex mais alors comment faire un choix ?

L’ergonomie : bien sûr, il vaut mieux être à l’aise avec son boitier et dans ce cas, à mon sens, priorité au reflex. Pour les puristes, le déclenchement en lui-même et les sensations du miroir sont aussi très importantes.

La taille : si vous voulez voyager léger, pensez plutôt à l’hybride ! Les objectifs sont aussi plus compactes en général, à moins de tabler sur une très longue focale qui sera dans tous les cas encombrante.

Le prix des objectifs : À focale/ouverture/matériau/qualité équivalents, avec des progrès fait sur les montures, un objectif hybride sera très souvent moins cher. Là encore, tout dépend des marques.

Viseur : optique ou numérique, à vous de faire votre choix en âme et conscience ! Certains préfèrent le sucré au salé et inversement.

Et les marques ? On en dit quoi ?

Je ne rentrerai pas dans ce débat, j’en utilise moi même deux différentes. Il y en a pléthore ! Canon, Nikon, Olympus, Sony, Panasonic, … Mon seul conseil, essayez les !

Il existe des macro différences dans l’ergonomie qui des fois font toute la différence par rapport à la taille de vos mains. Outre les boutons et leur positionnement, des fois le sens de rotation du zoom change, et ça fait perdre tous nos repères. La qualité des menus ne sera appréciable aussi qu’après essais, à vous même donc d’en juger.


Voilà pour ce tour d’horizon des boitiers ! J’espère que cela pourra vous aider à vous diriger dans les centaines de références existantes, et sachez que c’est votre seul point de vue qui déterminera le choix que vous devez faire ! Ne vous laissez pas abuser par la publicité, jugez par rapport à vos besoins ! Bientôt de nouveaux tuto techniques sur la photo et la vidéo alors à vos boitiers et n’oubliez pas…


Déclenchez l’émotion !

 Audiovisuel, Photographie & Stratégie Digitale | Bordeaux, Lacanau - France

contact@nwes.fr | Tel: 05 57 83 65 28

Photo, Vidéo, Film, Drone, Motion design, Web, Design, Mariage

© 2020 by Nwes Productions

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Vimeo Icon
  • Blanc Icône YouTube