Le mode manuel en VIDÉO

Comme en photo, le mode manuel vidéo se compose de trois caractéristiques avec lesquels il va falloir jongler habilement.


Le mode manuel en vidéo est selon moi plus simple que le mode manuel photo. Les trois caractéristiques réglables sont les mêmes mais on ne les appréhende pas de la même façon.



La vitesse d'obturation


Pour votre vitesse d'obturation, une fois réglée, celle-ci ne bougera pas. C'est hyper facile : votre vitesse doit être deux fois supérieure à votre cadence d'images.

Si vous filmez à 25 images par seconde, ce qui est très probablement le cas si vous filmez en France, alors votre vitesse devra être à 1/50e.

Si vous filmez au ralenti, donc à au moins 100 images par seconde par exemple, votre vitesse devra être à 1/200e.

Parce que oui, vous ne pouvez pas ralentir n'importe quel rushs. Si vous voulez un beau ralenti, qui ne saccade pas et soit d'aussi bonne qualité qu'à vitesse normale, votre boitier doit être en mesure d'augmenter sa cadence, et donc permettre de filmer à au moins 100 images / seconde.


Pourquoi ce choix de multiplier par deux sa cadence ? C'est tout simplement une histoire de persistance rétinienne. C'est-à-dire que, à partir de 25 images par seconde, votre oeil ne va pas voir la succession de ces 25 images fixes mais va faire le lien entre ces images pour les voir de façon animée, pour voir la vidéo. Je ne rentrerai pas dans les détails de balayage progressif et entrelacé mais si vous voulez aller plus loin, vous pouvez chercher des réponses dans cette direction.


C'est aussi important d'être en concordance avec le réseau électrique. En France, notre réseau fonctionne en 50 Hz, donc si nous filmons à moins de 1/50e, nous allons tout simplement voir le clignotement de nos luminaires, ce sont les fameuses bandes bizarres de lumière qui apparaissent. Si vous voyagez à l'étranger, pensez à changer votre cadence et votre vitesse. Aux Etats-Unis par exemple, le réseau électrique est en 60 Hz.


Est-ce que c'est grave si on va plus haut que 2 fois la cadence ?

En soi, non. C'est une question d'esthétique ensuite. Personnellement, je viens du milieu du cinéma et j'aime cet effet de flou de mouvement sur un film, c'est pour ça que je vais rarement au-dessus.

Si vous voulez un rendu plus "jeu vidéo" ultra fluide ou que vous voulez faire des arrêts sur image précis, vous pouvez monter votre vitesse bien au-delà. Evidemment, plus vous augmentez votre vitesse, moins la lumière entre.

Par contre, attention, c'est grave si vous n'êtes pas cohérent avec le réseau électrique, car vous allez avoir les bandes lumineuses moches. Faîtes le bon calcul !

Et merci de ne pas changer votre vitesse en cours de tournage pour garder une harmonie entre vos rushs...



L'ouverture


C'est exactement le même principe qu'en photo.

L’ouverture du diaphragme s’exprime en f/ quelque chose. C’est donc un genre de cercle que vous allez choisir d’ouvrir ou de fermer pour laisser rentrer une certaine quantité de lumière sur votre capteur. Plus vous ouvrez, plus la quantité de lumière est importante, plus le chiffre f/ va être petit ; et inversement.

Ce paramètre va être défini par votre objectif qui a une valeur maximale d’ouverture. Certains pouvant aller jusqu’à f/1.2 voire f/0,8 ce qui est très très lumineux.

Plus votre diaph est ouvert, donc plus le chiffre est petit, plus votre profondeur de champ va être courte. La profondeur de champ c’est cette plage de distance sur laquelle votre vidéo va être nette. Si votre profondeur de champ est courte, alors vous allez avoir beaucoup de flou et de bokeh autour de votre zone de mise au point.

Si votre diaph est fermé, cette profondeur de champ augmente et vous aurez donc moins de flou.

Problème quand on filme quelque chose qui bouge beaucoup avec un diaph très ouvert car le temps de faire l’autofocus ou le focus manuel, votre sujet aura changé de place et sera donc dans votre zone de flou.



La sensibilité


du capteur qui s’exprime en ISO. C’est en fait la lumière plus ou moins artificielle que vous allez ajouter à votre capteur si vous n’avez pas assez de lumière en définissant le paramètre précédent.

Certes indispensable dans certaines situations pour avoir une image bien exposée, cette lumière n’est donc jamais à privilégier, car c’est ce qui donne le fameux bruit sur une vidéo. Plus les ISO sont élevés, plus l’image est bruitée.

La conclusion


C'est donc assez simple en conclusion. La vitesse d'obturation : une fois réglée, on n'y touche pas. La sensibilité : on essaye de la maintenir la plus basse possible mais on ajuste en fonction de l'ouverture. L'ouverture : on ajuste selon la condition lumineuse du tournage, selon les envies artistiques de profondeur de champ qu'on a.


Chaque situation a ses propres réglages d'exposition, le mieux c’est de s’entrainer. Et ah oui, dernière petite astuce, pour vérifier que votre vidéo est bien exposée, donc ni sous-ex (trop sombre), ni surex (trop lumineuse), vous avez un petit indicateur sur l'écran qui vous permet de vous situer et de réajuster vos régales en fonction d’où se trouve la petite barre.


Déclenchez l'émotion !

 Audiovisuel, Photographie & Stratégie Digitale | Bordeaux, Lacanau - France

contact@nwes.fr | Tel: 05 57 83 65 28

Photo, Vidéo, Film, Drone, Motion design, Web, Design, Mariage

© 2020 by Nwes Productions

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Vimeo Icon
  • Blanc Icône YouTube